Trois questions à...

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique, et auteur d’un livre sur le sujet* En quelques mots, et pour commencer, comment définiriez-vous la domotique ? 

Je parle en général de convergence : c’est la mise en relation de tous les équipements d’une maison capables d’en améliorer le confort, la sécurité, les performances énergétiques et de faciliter le maintien à domicile. 

Quelle est la principale évolution récente ? 

Nous sommes passés de la domotique 1.0 à la domotique 2.0. Depuis vingt ou trente ans, tout était basé sur l’automatisme, avec des dispositifs assez chers et complexes. Aujourd’hui, on s’appuie sur le numérique et l’informatique. Un objet connecté n’est rien d’autre qu’un mini-ordinateur avec des fonctions de calcul et de communication. Cela permet d’aller beaucoup plus loin pour beaucoup moins cher, puisque la moitié de l’installation est déjà dans la poche de l’utilisateur, sous la forme d’un smartphone ou d’une tablette. 

Quels sont encore les freins ? 

Le premier, c’est que les objets ne communiquent pour l’instant entre eux qu’à l’intérieur d’une marque. Il faut encore trouver un langage commun. Le budget peut aussi constituer un obstacle. Enfin, la crainte de stocker ses données personnelles dans le cloud freine encore beaucoup de gens. Malgré tout, la prise de conscience en matière d’énergie, l’essor de la secure économie et les besoins liés au vieillissement de la population ont considérablement élargi le spectre des clients potentiels. Nous sentons que, même si les marchés se cherchent encore, les choses bougent très vite. D’autant que les entreprises françaises de la filière sont très performantes et innovantes. 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Parlons immobilier sur

 

 

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: