le confort d’abord avec la domotique

Les propriétaires occupants cherchent avant tout à rendre leur logement plus confortable plutôt qu’à en améliorer les performances énergétiques. C’est en tout cas ce qui ressort de la 3ème enquête annuelle « Habitants, habitats et modes de vie »*, réalisée par IPSOS pour l’association Promotelec dans le cadre de son Observatoire du confort dans l’habitat. Mais l’étude met surtout en lumière la place sans cesse plus importante prise par la domotique dans les esprits et les habitations.

Les modes de vie, préoccupations et priorités des quelque 16,5 millions de propriétaires occupants que compte la France évoluent. Quelles que soient leurs motivations (utilisation du très haut débit, adaptation du logement au vieillissement, meilleur chauffage l’hiver, climatisation l’été…), pour 58 % des 1000 personnes qui ont participé à l’enquête, l'avenir est en effet à la maison automatisée, soit 10 points de plus qu'en 2013.

Image positive

En parallèle, alors qu’en 2013 20 % des propriétaires n’étaient pas du tout d’accord avec l’idée que l’avenir était à la maison automatisée, ils ne sont plus aujourd’hui que 8 %. « Ce basculement constitue, à mes yeux, l’un des points les plus marquants de l’enquête, confie Damien Hasbroucq, directeur général adjoint de l'association Promotelec. Il y a en effet longtemps que l’on parle de la domotique. Mais on l’a fait de façon trop technique au départ, et elle a mis longtemps à intégrer les mentalités et les logements. Le travail pédagogique mené ces dernières années porte ses fruits. Les gens ont maintenant majoritairement compris à quoi cela pouvait servir : dans leur esprit, la domotique, ce ne sont plus des outils compliqués mais des outils qui simplifient la vie ».  

Sans surprise, les 18-39 ans sont les plus convaincus en matière de maison automatisée (68 %), contre 55 % des 70 ans et plus. « Nous nous situons aujourd’hui à un croisement de générations entre les gens qui ont vu apparaître les nouvelles technologies, qui ont commencé par les trouver chères et inaccessibles, et les plus jeunes qui sont nés avec elles pour qui leur adoption est évidemment plus simple. » 

Par ailleurs, même si les foyers de propriétaires aux revenus supérieurs à 4 500 € sont encore les plus sensibles à cet investissement (59 %), le déploiement s’élargit à ceux dont les revenus sont situés entre 1 700 et 2 000 € et entre 3 000 et  4 500 € (53 % chacun). « La multiplication des tablettes et smartphones a bien sûr largement contribué à cet essor, d’autant que nous l’avons accompagnée d’un travail ergonomique. Mais nous avons aussi changé notre approche : à chacun sa domotique. Nous avons tous des besoins différents en fonction de notre âge, de la typologie de notre logement et de celle du foyer : nombre de personnes, âges… C’est l’individu qui choisit les outils dont il a besoin et qu’il a envie de piloter, ce n’est pas l’inverse. Dans une maison intelligente, c’est l’homme qui est intelligent et qui décide d’être accompagné par des solutions technologiques»

Home sweet home

Pour près des deux tiers des sondés, l’objectif premier réside dans un meilleur confort (64 %), bien avant la réduction de leurs dépenses énergétiques (28 %). Paradoxalement, les propriétaires se montrent pourtant de plus en plus attentifs et acteurs dans la gestion de leur consommation et de leurs dépenses énergétiques et  82 % d’entre eux pensent que les Français devraient réduire leur consommation énergétique ; elles étaient 74 % en 2014. 

« Il y a d’abord une dimension collective : nous évoluons dans un discours ambiant. Tout le monde ou presque est d’accord pour dire qu’il faut protéger la planète.  Il faut préserver les ressources, diminuer les émissions de CO²…  Cela reste malgré tout plus compliqué lorsque l’on aborde la dimension individuelle. Que suis-je prêt à faire personnellement ? Un décalage subsiste… Et, à l’échelle personnelle ces questions sont davantage abordées sous l’angle du confort et de la maîtrise de son budget. » Concrètement, 42 % des personnes interrogées réduisent à la fois la température, la durée de chauffage, l’usage des bains et des équipements de cuisine et d’entretien. Autre exemple, 15 % des ménages s’imposent des restrictions sur le chauffage contre 5 % en 2013. 

« Le message que nous avons encore le plus de mal à faire passer, c’est celui de la sécurité, en dehors de la sécurité anti-intrusion. C’est pourtant un aspect que nous essayons de mettre en avant : un logement confortable, c’est d’abord un logement sûr, dans lequel les risques d’accidents sont réduits au minimum. »

L’enjeu du vieillissement

En effet, derrière cette évolution des mentalités, se cache aussi l’enjeu du maintien à domicile d’une population vieillissante. Ainsi, 9 % des ménages hébergent au moins une personne âgée ou handicapée et 67 % des propriétaires sont prêts à maintenir une personne âgée chez elle via l’installation de solutions domotiques. 

« Dans ce domaine aussi, les perceptions évoluent. Les Français comprennent que les solutions techniques sont complémentaires du rôle humain et des services à la personne. » 33 % des sondés sont aujourd’hui satisfaits de l’adaptation de leur logement au handicap. Près de la moitié d’entre eux (48 %) se déclarent cependant prêts à investir dans des équipements pour adapter leur logement afin d’y vivre plus longtemps. Et 11 % seraient prêts à réaliser des travaux dans le cadre de ce maintien à domicile.

Enfin, pour les personnes âgées de 70 ans et plus, la domotique représente un outil inscrit dans la modernité, permettant de rester autonome et une installation conditionnée pour une éventuelle dépendance qui reste toutefois incertaine. C’est aussi, et peut-être surtout, un moyen de se rassurer et de rassurer leurs proches. « Au-delà d’un certain âge, que se situe souvent entre 70 et 75 ans, ce sont d’ailleurs fréquemment les enfants qui introduisent les solutions domotiques dans le domicile de leurs parents : je connais les solutions, je n’y ai pas recours à mon propre domicile parce que je n’en ai pas nécessairement besoin, mais je me dis que cela pourrait être utile pour mon papa ou ma maman et je lui fais installer les équipements qui changeront son quotidien. »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Parlons immobilier sur

 

 

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: