Nouvelle baisse des taux

Après un redémarrage à la hausse entre juin et octobre, puis un dernier trimestre 2015 marqué par la stabilisation, le début 2016 a vu les taux d’intérêt repartir à la baisse, et la tendance s’est même accélérée en février. Selon la dernière étude Crédit Logement/CSA, les taux des crédits du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 2,09 %, en moyenne contre 2,15 % en janvier (2.16 % pour l'accession dans le neuf et 2.08 % pour l'accession dans l'ancien. 

Pour l’Observatoire, « l'évolution du coût des ressources (taux des OAT, conditions de refinancement de la BCE, etc.) est en effet redevenue propice à la baisse des taux des crédits immobiliers. En outre, la volonté des établissements de crédit de soutenir les marchés immobiliers et, notamment, ceux de la primo accession ne se dément pas ».

Cette baisse bénéficie « à toutes les catégories de prêts, même aux durées les plus longues ». Résultat : la durée des prêts est repartie à la hausse, pour atteindre 211 mois, en moyenne (240 mois pour l'accession dans le neuf et 224 mois pour l'accession dans l'ancien). Autre conséquence de ces évolutions, la part de production à taux variable, devenue négligeable, se maintient en février à un très bas niveau (0,6 %).

Comme tous les ans, la production de crédits  baissé pendant l’hiver : -5.6 % pour le nombre de prêts bancaires accordés de décembre 15 à février 16 par rapport à la même période de l’année précédente. Toutefois, compte tenu du dynamisme du marché des crédits observé en 2015, le rythme d’augmentation de l’activité (hors rachats de prêts) mesurée de mars 2015 à février 2016 reste élevé : + 25,9% qu’un an plus tôt.

Enfin, la hausse du coût des opérations réalisées par les ménages se poursuit en 2016, à un rythme soutenu (+2,7 % sur les deux premiers mois de l’année, après +2,4 % en 2015). Le coût relatif se situe désormais à 3.84 années de revenus en février (contre 3.77 années de revenus un an plus tôt). Dans le même temps, toujours selon le baromètre, le niveau de l'apport personnel se ressaisit, sans pour autant compenser trois années de recul rapide (+6,7 % en glissement annuel sur janvier et février 2016, après - 6.8 % en 2015). 

Baromètre au beau fixe

La reprise significative enregistrée en 2015 devrait se poursuivre cette année. C’est en tout cas ce qu’indique le dernier baromètre Crédit Foncier/CSA. 

Les professionnels de l’immobilier s’y affirment optimistes (67 %). Cette proportion ne cesse de croître : on comptait 59 % d’optimistes en mai dernier et 63 % en septembre. A l’inverse, le niveau de pessimisme ne cesse de chuter, pour atteindre aujourd’hui les 32 %, soit deux fois moins qu’en janvier 2015. 

Pour les trois quarts des professionnels, le marché s’est stabilisé ou amélioré l’an dernier. Ils étaient près des deux tiers (61 %) à penser le contraire l’année précédente.

 

L’élargissement du prêt à taux zéro et l’évolution des taux d’intérêt sont pour une bonne part dans la confiance des professionnels. 75 % des agents interrogés pensent notamment que la réforme du PTZ augmentera le volume de transactions sur le marché de la primo-accession, de façon significative (16 %) ou modérée (59 %). Le contexte économique national et l’évolution du pouvoir d’achat des ménages alimentent en revanche l’inquiétude des pessimistes.

photo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Parlons immobilier sur

 

 

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: